Toute l'actualité Hygiène, Propreté, Multiservice & Déchets

Actualités

Les statistiques européennes des entreprises de propreté, publiées par l'EFCI, place la France 2è en chiffre d'affaires et 1ère en chiffre d'affaires par salarié.

Le rapport que vient de publier l'EFCI(European cleaning and facility industry) en pleine crise du Covid-19 propose une photographie très exhaustive de l'activité des entreprises de propreté présente dans les 27 pays d'Europe. Les chiffres les plus récents, qui portent sur l'année 2018 font état d'un chiffre d'affaires global de 120 milliards d'euros, réalisé par plus de 284 000 entreprises, employant plus de 4,1 millions de salariés. La France (16,2 Milliards €) conforte sa 2è place en termes de chiffre d'affaires global, juste derrière l'Allemagne (25,6 Milliards €) et devant le Royaume-Uni (16,5 Milliards €), l'Italie, (14,5 Milliards €) et l'Espagne (10,6 Milliards €). A eux-seuls ces 5 pays pèsent 70% du chiffre d'affaires du secteur en Europe, avec une progression moyenne observée de 7% entre les exercices 2017 et 2018.

La France en tête du CA par salarié

Le bilan annuel réalisé par l'EFCI sur la base des données de chaque organisation patronale nationale (la Fep  en France) est également très instructif quant au profil des entreprises de propreté et de services associés. Selon les chiffres pour l'année 2018, c'est en Allemagne ( + 1 359) et surtout au Royaume-Uni (+ 1 517) que le nombre de sociétés à le plus progressé. En France ce chiffre est resté totalement stable avec 44 610 entreprises de propreté recensées, soit le plus haut niveau du TOP 5. En Allemagne, en France et en Espagne les 2/3 des entreprises comptent de moins de 10 salariés, en Italie et au Royaume-Uni les TPE de cette taille représentent 75% du nombre total des sociétés.

Si l'on s'intéresse aux effectifs c'est l'Allemagne qui arrive en tête avec un effectif de 1,1 million de salariés, devant le Royaume-Uni (plus de 516 000), l'Espagne (509 000), la France (460 000) et enfin l'Italie (445 000).

Les données concernant le chiffre d'affaires par salarié place la France en tête des pays européens avec 35 200 € (pour une moyenne des 27 pays de 29 200 €), devant l'Italie (32 500 €), le Royaume-Uni (31 900€), l'Allemagne (23 100€) et l'Espagne (20 900 €).

Photo GEIQ Normandie

A lire également :

 

 

Une 1ère enquête réalisée par la Fep auprès de ses adhérents en mars/avril dresse un premier bilan du début de crise. Une deuxième enquête a été menée en juin.

Les résultats de l’étude menée par la Fédération des entreprises de propreté (Fep) auprès des entreprises dès le début de la crise (mars/avril) met en lumière son impact économique. Les adhérents ayant répondu à cette étude font part d'une perte moyenne de chiffre d’affaires de + 50% avec des variations selon les segments de marché. La  baisse d’activité est de 61% pour les entreprises réalisant la moitié ou plus de leur chiffre d’affaires dans la restauration, l’hôtellerie et les commerces. Les entreprises sondées par la Fep ont par également fait part de nombreuses demandes de suspension de contrats invoquant un cas de force majeure, sans que cela soit nécessairement fondé mais aussi un rallongement des délais de paiement. Sans parler des difficultés d’approvisionnement en équipements de protection individuels.

Des mesures concrètes

Dans le cadre de son « livre bleu » annuel l'organisation patronale propose plusieurs mesures concrètes pour répondre aux attentes spécifiques du secteur de la propreté parmi lesquelles :

  • Prolonger les dispositifs d’activité partielle ;
  • Soutenir les trésoreries et respecter des contrats ;
  • Prolonger et simplifier l’accès au prêt garanti et à la médiation du crédit ;
  • Relever les autorisations de découvert ;
  • Restructurer les dettes des entreprises ;

Reporter au 1er janvier 2021 les nouvelles règles de décompte des travailleurs handicapés

Par ailleurs la Fep insiste sur la les efforts qui doivent être faits en termes de sécurité des salariés et des usagers (accès privilégié aux EPI, développer le travail en continu, être exigeants sur le respect des protocoles...), mais également au niveau des relations commerciales (garantir l'exemplarité des acheteurs publics, tenir compte des surcoûts générés par la crise, reprendre les contrats à plein régime dans la période transitoire...).

 

9 personnes composent le nouveau comité de direction de Kärcher France qui accompagne le plan stratégique 2020-2025.

Baptême du feu réussi pour la nouvelle équipe de direction de Kärcher France qui a pris ses fonctions en début d'année 2020 ! Les 8 directeurs, réunis autour de François Malmanche (photo) son président, qui composent cette nouvelle organisation ont permis d'anticiper et de traverser dans les meilleurs conditions la crise du Covid-19.

François Malmanche, 59 ans, président depuis 15 ans de la plus grosse filiale du groupe Kärcher s'est assuré le concours et l'expertise de : Fabrice Claré (directeur finances logistique et services généraux),  Philippe de Saint-Albin (directeur des ressources humaines) Patrice Anderouard (directeur marketing et communication), Célyne Tachet (directrice support des ventes), Sébastien Rolland (directeur SAV), Jean-Marc Lasserre (directeur département professionnel ventes réseaux traditionnels), Eric Guazzaroni, (directeur ventes directes et Mikaël Rocheteau, directeur ventes retail).

Le Groupe Kärcher qui vient de clore son précédent plan stratégique de 10 ans sur un record de chiffre d’affaires à plus de 2,5 milliards d’euros, s’est doté d’une nouvelle feuille de route pour les 5 années qui viennent avec pour objectif d’être le leader mondial des solutions de nettoyage et d’entretien qui font la différence, centré sur le client.

A lire également :  

 

Initialement reporté à Nantes du 29 septembre au 1er octobre le CFIA retrouvera finalement ses quartiers rennais, aux mêmes dates.

La tâche des organisateurs de salons et de grands évènements professionnels n'est pas facile en ces temps de post-crise sanitaire ! Il y a quelques semaines, les organisateurs du grand rendez-vous de l'agroalimentaire, officialisaient la tenue de la 24e édition du CFIA à Nantes, les 29, 30 septembre et 1er octobre 2020. Ce choix était principalement motivé par le fait que le Parc des Expositions de Rennes n’était malheureusement pas disponible à cette période. Soutenu et encouragé par ses exposants, ses visiteurs et ses partenaires de longue date, et aussi grâce à l’appui du Parc des Expo de Rennes, le salon a aujourd’hui la possibilité de revenir sur ses terres historiques. « Depuis toujours, Rennes est le fief du CFIA, au cœur de la première région agroalimentaire européenne. Au fil du temps, il est également devenu le plus grand rassemblement des IAA grâce à la qualité et à la diversité de son offre. Par cette décision, le CFIA réaffirme son ambition d’organiser un événement fédérateur et générateur de business en 2020, et donne d’ores et déjà rendez-vous à l’ensemble de la profession pour le CFIA Rennes 2021, qui se tiendra les 8, 9 & 10 juin 2021 au Parc des expositions de Rennes aéroport. Nous vous annonçons également notre décision de reporter la première édition du CFIA Toulouse à une date ultérieure » ont tenu à préciser les organisateurs du salon.

A lire également :

 

 

 

Indhy, distributeur de produits et EPI a été cédé au groupe sud-africain Hyvest.
La société MP Hygiene a cédé ses participations dans la société Indhy  à la société sud-africaine Hyvest, représentée par son président Kevin Clarke (photo). La société Indhy, basée à Saint-Rambert-d'Albron (26), réalise 1,9 million d'euros de chiffre d'affaires dans le secteur  de  l’hygiène professionnelle et des équipements de protection individuelle. Le groupe Hyvest est l’un des leaders de la distribution de produits d’hygiène en Afrique du Sud et dans toute l’Afrique de l’Ouest. Il réalise un chiffre d’affaires d’environ 50 millions d’euros. « Je suis très heureux de cette acquisition qui permettra au groupe Hyvest de prendre des parts de marché en Europe. » s'est félicité son président Kevin Clarke.

A lire également :